vendredi 7 novembre 2008

Sainte-nitouche (EMSITORE)

ô toi boulangère,
Toi, qui s'est levée la pâte comme personne,
Je te bénie.

ô toi boulangère,
Qui a besoin que son four soit ardent,
Je te remercie.

ô toi boulangère,
Qui seule c'est donner à la baguette,
Ces caractères de délices
Je te sanctifie.

ô toi boulangère,
Qui seule s'est manier,
L'art de cette alchimie,
Je te glorifie.

ô toi boulangère,
Qui aime plaire à tes clients,
De part ton four brillant.

ô toi boulangère,
Qu'il est bon de venir,
Dans ton épicerie,
Goûter à ces délices,
Et parfums de volupté.

Protection Droits d'Auteur © : Copyright Depot

1 commentaire:

Jess a dit…

Coucou
Merci pour ton message :)
Oui je suis d'accord, le meilleur des remède c'est l'amour, mais ce médicament miracle ne se vend pas en pharmacie...

Ton blog est super, j'adore les poèmes et tout ce qui se rattache à la pensée... Je reviendrais aussi prochainement
Bonne continuation et à biento^^