dimanche 18 janvier 2009

sirène des abîmes

La muse des remouds enracine les tourbillons,
Simple effet de reflet chromatique sur la couche du lac,
ici, elle est la lumière des marées cages.

Ses ailes brûlent à la lueur de la clarté de la nuit;
Elle s'enflamme tièdement, puis s'embrase d'une manière incandescente.
Marquée au fer rouge, elle pourrie dans l'enfer de ce lieu.

Omniprésente, innovant l'inspiration,
Inspirant la création,
Créatrice de la nonchalance.

Elle veut l'ivresse et ne veut tristesse,
Jouant de son charme au premier pantin venu,
Ce dernier, pris dans son étau mourra à l'aube pincé entre ses mandibules acérées;
Telle est cette mante religieuse.

1 commentaire:

Chris a dit…

Très beau texte, bien construit!